Une haie fruitière sauvage

Une haie qui protège des regards et du vent, mais qui donne aussi des fruits pour soi ou pour la faune du jardin : c'est possible ! Il faut bien choisir les espèces et planter de façon astucieuse.

Une haie fruitière sauvage
Une haie sauvage à fruits en tenue d'automne.

Que des avantages !
Une haie composée de petits fruits sauvages a beaucoup de bénéfices :
- Elle offre des saveurs variées par les mûres, les prunelles, les nèfles, les noisettes, les cynorrhodons (fruits d'églantier), etc.
- Elle est économique car les plants pour la constituer coûtent moins cher que des arbustes de haie classique.
- Elle pousse vite car les arbustes à baies sont généralement de croissance vigoureuse.
- Elle est écologique car elle plaît à de nombreux habitants du jardin comme les mésanges, les hérissons, les écureuils, etc.
- Elle est solide car elle ne craint pas les maladies, le vent, les tempêtes, les intempéries comme les grands froids ou la sécheresse.

Une haie fruitière sauvage
La haie de fruits sauvages a de multiples fonctions.
Une haie fruitière sauvage
Sureau à fruits rouges.
Une haie fruitière sauvage
Viorne boule de neige en fruit.

Les bonnes essences
Pour composer une haie de fruits sauvages, sélectionnez tous les arbustes à fruits comestibles, depuis les classiques noisetiers jusqu'aux moins connus comme le goumi (Elaeagnus) ou la baie de mai (seul chèvrefeuille à baies comestibles). Ajoutez-y des mûres (variétés cultivées sans épines), des hybrides comme la muroise, etc. N'oubliez pas que les pommiers d'ornement, comme 'Evereste' sont comestibles (en gelée ou en compote par exemple. Et vous pouvez très bien garnir le pied avec des groseilliers ou des framboisiers. Plus votre haie sera variée et mieux elle sera. Mais prévoir 2 sujets de chaque variété est une bonne précaution, ne serait-ce que pour que les deux se fécondent mutuellement.

L'installation
La plantation d'une haie fruitière sauvage est la même que pour une haie classique. Une astuce : espacez les plants de 60 à 80 cm au moins car les arbustes vont prendre un peu plus de place. Si vous avez la place, plantez en quinconce, c'est-à-dire sur deux rangs distants de 80 cm, en alternant les plants sur les deux rangs (ils seront donc espacés de 1,20 m sur chaque rang). Ils auront plus de place et votre haie sera beaucoup plus épaisse et opaque.

Après la plantation
Ce n'est pas parce que c'est une haie de petits fruits sauvages qu'il faut la laisser à elle-même, surtout au début ! Pensez à désherber les premières années et arrosez par temps sec, d'avril à octobre. Apportez un paillis au pied : le bois broyé composté (BRF) est le meilleur paillis que l'on puisse apporter au pied d'une haie de ce type. Mais déposer les tontes de gazon au pied ne leur fera pas de mal, bien entendu ! Enfin, l'apport d'engrais est déconseillé car les essences sauvages doivent se débrouiller avec ce qu'elles trouvent.

Une haie fruitière sauvage
La taille : pas compliquée sur une haie de ce type.

Et la taille ?
Tailler une haie fruitière sauvage a un avantage : ce n'est pas très compliqué ni très astreignant. Il vous suffit en effet de raccourcir les branches au niveau souhaité, une à deux fois par an, pas plus. L'idéal est de couper à la fin du mois de février, une seule fois par an. Côté outil, cela peut s'effectuer au taille-haie à moteur ou à la cisaille, selon la longueur de haie à tailler. Vous pouvez couper toujours au même niveau : les haies bocagères ne fonctionnent pas autrement et elles peuvent vivre plusieurs centaines d'années. La taille n'est d'ailleurs pas obligatoire, mais prévoyez la place : 2 m de part et d'autre de votre haie fruitière sauvage !

M. Jean-Michel GROULT
 
Pépinières PLANFOR
1950 Route de Cère
40090 UCHACQ - FRANCE
Tel : +33(0)5 58 75 90 80
Fax : +33(0)5 58 06 48 54