Le ruissellement et la pente

Déterminer les caractéristiques de son jardin
L'acidité de la terre (PH)
La texture de la terre
Les microclimats
Le vent
L'exposition
Le ruissellement et la pente

Connaître le relief de son jardin est aussi important que de savoir reconnaître la texture de la terre. En effet, l'eau se comporte différemment au jardin selon la pente!

Repérer les dénivelés

Un terrain n'est jamais vraiment plat. Lorsqu'on possède un jardin très en pente, on s'en rend compte sans problème. Dans la plupart des cas, la différence de niveau ne saute pas aux yeux. On pense jardiner en terrain plat, alors qu'il est un peu incliné. Le meilleur outil servant à repérer les différences de niveau est celui employé par les géomètres… mais son emploi ponctuel au jardin ne justifie pas un tel investissement ! Plus simplement, on plante un piquet parfaitement à la verticale, en s'aidant d'un fil à plomb. Avec une équerre, on vise du regard le fond du jardin : si le terrain était parfaitement plat, il faudrait se mettre à plat ventre pour aligner la limite du terrain avec le repère de l'équerre !

Effets de la pente

Lorsque la pente est très forte, il n'est pas sorcier de comprendre que l'eau de pluie dévale le jardin sans imbiber la terre. Si le sol est nu, le ruissellement va l'entraîner et on parle alors de ravinement. Autrement dit, le sol se creuse et il s'érode, ouvrant la voie à de nombreux problèmes.

Lorsque la pente est plus douce, il va se créer une zone plus humide que le reste, qui se dessèche moins vite en été. On parle alors de terre fraîche. Attention au vocabulaire : une terre fraîche, ce n'est pas une terre froide, mais une terre qui ne sèche jamais complètement !

Vaincre la pente

Tirez d'abord parti du relief, en plantant dans les endroits frais les végétaux plus exigeants en eau, et les plus résistants à la sécheresse en hauteur. Ce ne sera pas toujours suffisant. Là où l'érosion menace, il sera sage d'installer des retenues de terre ou de bien choisir vos plantations.

Aménager le terrain, cela signifie surtout créer des restanques, ces terrasses bordées de murets en pierre comme des marches le long d'un escalier. Cela demande des travaux de terrassement considérables mais c'est la seule solution viable à long terme : rien d'étonnant à ce que les anciens s'y soient attelés, à dos d'homme et de mule ! L'effet visuel des restanques est superbe, puisqu'il aménage un point de vue à chaque "marche". Le terrain y est plat et on peut y cultiver comme sur un terrain plat. De cette façon, l'eau prend le temps de pénétrer en terre et profite aux plantations. Elle se répartit mieux sur la surface du terrain.

L'autre solution consiste à jouer avec les végétaux, en privilégiant les arbres fixant les sols. Jadis, on plantait des robiniers à tour de bras le long des voies de chemin de fer afin d'en stabiliser les talus. Comme l'ailante, le robinier a cependant montré une certaine capacité de nuisance et il vaut mieux se tourner vers d'autres végétaux. Préférez l'argousier (Hippophae), les cornouillers à écorce décorative, le baguenaudier (Colutea). Vous pouvez aussi, en automne, bouturer directement des tiges de saule en place, en les fichant comme des piquets. Elles ne reprendront qu'en sol frais, voire humide.

Face à un talus sec et menaçant de s'écrouler, vous aurez intérêt à envisager un mur de soutènement, car les végétaux fixateurs ne se développeront pas assez vite pour retenir la terre !

M. Jean-Michel GROULT
 
Pépinières PLANFOR
1950 Route de Cère
40090 UCHACQ - FRANCE
Tel : +33(0)5 58 75 90 80
Fax : +33(0)5 58 06 48 54