Le vent

Déterminer les caractéristiques de son jardin
L'acidité de la terre (PH)
La texture de la terre
Les microclimats
Le vent
L'exposition
Le ruissellement et la pente
Plantez à tous les vents !

Plantez à tous les vents !
L'air en mouvement constitue au jardin l'un des phénomènes météorologiques les plus importants. Pourtant, les jardiniers se soucient plus de l'ensoleillement ou de la pluie, certes très importants, mais négligent parfois le vent, et ont alors de mauvaises surprises après une bourrasque...

 
Repérez les vents dominants

Repérez les vents dominants
Les plus intenses portent un nom local et sont bien connus des anciens (vent d'autant, vent d'amont, mistral, tramontane, foehn, etc.). Renseignez-vous auprès du voisinage si vous êtes un nouvel arrivant. Dans une grande partie de la France continentale, ce sont les vents d'Ouest qui forment l'essentiel du vent. Les tempêtes proviennent en majorité de cette direction et il faut en tenir compte lors de la plantation d'un arbre : placez un piquet solide, situé à l'ouest du sujet et enfoncé en biais, en direction du vent dominant. Quand ce dernier soufflera, le piquet retiendra parfaitement le jeune arbre. Les sujets pourvus d'un tronc assez long (au moins 1,50 m, souvent plus) sont particulièrement concernés. C'est la raison pour laquelle on les appelle "hautes tiges" mais aussi "arbres de plein vent" !

 
Les vents occasionnels

Haubanez les jeunes arbres avec un piquet situé dans le sens opposé du vent dominant, afin qu'il "retienne" le sujet

Les vents occasionnels
Ils sont difficiles à prévoir. Un épisode météorologique particulier peut toujours générer des vents provenant de directions inhabituelles. Aussi faut-il prévoir, pour les grands végétaux mal enracinés, un haubanage permettant de faire face à ces situations inattendues. Vous remarquerez que les grands arbres sont haubanés avec trois piquets : l'un est toujours situé dans le sens du vent dominant, comme expliqué précédemment. Mais les deux autres sont là pour retenir l'arbre au cas où le vent soufflerait justement dans une direction inattendue.

Les turbulences
Il existe aussi des vents créés par la configuration des lieux, et qu'on surnomme souvent "courant d'air". Il s’agit en réalité des turbulences créées par la proximité de bâtiments, de haies, de hauts murs, etc. Leur influence sur les végétaux peut être aussi forte qu'un vent dominant, surtout à côté de hauts bâtiments. Ces turbulences sont particulièrement néfastes pour la croissance des plantes. Le risque n'est pas que les végétaux soient déracinés, les courants d'air étant en général assez constants. Mais ces vents très localisés peuvent gêner la croissance des végétaux à feuilles fines, comme les érables à feuilles laciniées (c'est-à-dire découpées en fines lanières), qui grillent et poussent mal. Les courants d'air peuvent aussi faire tomber les boutons floraux des plantes fragiles, comme certaines plantes grimpantes. Enfin, ils peuvent tout simplement modifier le port habituel de la plante, qui pousse en quelque sorte "de travers".

 
Un vent qui sculpte

Un tronc se penche rarement d'un coup mais progressivement, sous l'action des vents dominants

Un vent qui sculpte
Les plantes sont déformées par un vent continu, même léger. Le souffle de l'air favorise les bourgeons situés à l'abri du vent. A l'inverse, les parties exposées ont tendance à moins pousser, à former des branches plus trapues. Résultat : le sujet pousse plus d'un côté que de l'autre et semble poussé par le vent. L'effet est spectaculaire en bord de mer, ou les végétaux sont sculptés en une sorte de vague. Mais au jardin, l'effet d'un vent continu donnera son penchant à un arbre (les pommiers par exemple), non pas d'un coup mais année après année. La question du vent n'est donc à pas à négliger au jardin!

M. Jean-Michel GROULT
Pépinières PLANFOR
1950 Route de Cère
40090 UCHACQ - FRANCE
Tel : +33(0)5 58 75 90 80
Fax : +33(0)5 58 06 48 54