Ayez l'œil !

Pour garder ses plantes en bonne santé, il faut bien sûr jouer la prévention. Mais si un souci apparaît, n'attendez pas. Plus tôt vous réagirez, avec les bonnes informations, et plus il sera facile de soigner vos plantes, sans geste malheureux !

Ayez l'œil !

Criocère du lis

Dès le premier signe suspect...

Inspectez la plante en détail. Mieux vaut passer pour un maniaque que de manquer l'installation du premier individu d'un ravageur qui va vous poser des problèmes par la suite. Prenons par exemple le criocère du lis. Cet insecte rouge vif (un coléoptère) se pose sur les pousses de lis dès le mois d'avril. Il se nourrit sur la plante pendant quelques jours, puis il pond tandis que d'autres individus arrivent ensuite à leur tour. Si vous laissiez faire le premier individu, ce serait une douzaine de larves qui vont se régaler de la plante. Mais ce serait encore plus si vous restiez sans rien faire face aux autres criocères qui arrivent chaque semaine. Couvertes de leur excréments, les larves de cette bestiole passent inaperçues et restent hors d'atteinte, même des produits de traitement. Les pousses de lis sont affaiblies, la plante sera vilaine pour la saison et en plus, elle risque de ne pas fleurir. Alors qu'avec un peu de patience, en guettant l'arrivée des premiers criocères, vous garderiez des lis en bonne santé, sans produit chimique qui plus est !

Une feuille tachée ?

Comme pour les bestioles grignotant vos végétaux, n'attendez pas que la plante se couvre de taches sur les feuilles avant de vous demander ce qui peut bien lui arriver ! Les maladies, en particuliers celles causées par les champignons, une des premières sources d'ennui au jardin, évoluent assez lentement. Chez un arbre, une telle maladie peut évoluer pendant 15 ans. Mais lorsqu'elle devient très visible, il est parfois trop tard : la plante meurt, alors qu'on aurait pu la sauver voilà des années !

Flâner, c'est travailler

L'une des tâches essentielles au jardin, c'est de s'y promener ! Ainsi, si on vous reproche de trop vous prélasser à regarder vos plantations, répondez que vous êtes en train de jardiner, à regarder si tout va bien... Même si votre jardin est tout petit, consacrez un peu de temps à l'observation des plantes. La chose est d'ailleurs plus importante dans les petits jardins que dans les grands. Là où l'espace est restreint, les maladies se développent plus vite, et les dégâts sont plus visibles. Au contraire, lorsque le jardin est grand, les maladies évoluent moins rapidement. Cela peut paraître injuste... et ça l'est : dans les grands jardins, on atteint plus facilement un équilibre entre rageurs et prédateurs. Dans un jardinet, où seule une partie des régulateurs naturels est présente, il faut compenser ce manque par une observation attentive de la végétation, à l'affût du premier signe inquiétant ou anormal.

Pas de réflexe "pschiit"

Sortir le pulvérisateur à la première inquiétude, pas question ! Vous risquez d'aggraver la situation si vous employez un produit qui n'est pas adapté à la situation. De plus, les produits disponibles dans le commerce se restreignent, ce qui doit inciter le jardinier à d'abord réfléchir avant d'agir...

M. Jean-Michel GROULT
 
Pépinières PLANFOR
1950 Route de Cère
40090 UCHACQ - FRANCE
Tel : +33(0)5 58 75 90 80
Fax : +33(0)5 58 06 48 54