Le mildiou

C'est l'ennemi numéro un de vos tomates ! Le mildiou est une maladie coriace, qui s'attaque à bien d'autres plantes, et dont on confond les symptômes avec d'autres maladies.

Le mildiou

Le mildiou

Les symptômes

L'attaque de mildiou commence par l'apparition de petites taches marron sur les feuilles ou sur les tiges. Progressivement, les tâches gagnent en surface et les organes touchés commencent à dépérir. Le mildiou s'observe sur les feuilles mais également sur les tiges et les fruits en formation.

Son cycle

Le mildiou est un champignon qui est présent à l'état de germes microscopiques dans le sol. C'est le battement de la pluie sur la terre qui les fait rebondir sur les feuilles basses de la plante. Là, les germes entrent en activité et attaquent directement les cellules de la plante, provoquant l’apparition des premières tâches. Puis les filaments du champignon se développent, entraînant l'extension de la maladie. Il faut des conditions de température et d'humidité précises pour que le mildiou se développe. En dessous de 10° C ou au-dessus de 28°C, le champignon n'est pas actif. Même si la température lui convient, il ne peut se développer si l'air est sec.

Comment lutter

Le mildiou est un champignon pathogène en principe sensible aux dérivés du soufre et du cuivre, comme la bouillie bordelaise. Pour être efficace, un traitement contre le mildiou doit être effectué avant que celui-ci n'apparaisse (en prévention, donc). Toutefois, un traitement au soufre mouillable en pulvérisation est efficace lorsque les températures sont chaudes (au moins 20°C). Le mildiou est peu sensible au traitement à base d'extraits végétaux (purin de prêle et purin d'ortie) car c'est un champignon très virulent. Les extraits végétaux peuvent servir à limiter l'infestation car de toute façon, les taches noires ne disparaîtront pas.

Comment l'éviter

De bonnes méthodes de culture limitent les risques d'attaque de mildiou. Sur les plantes sensibles, il faut veiller à ce qu'elles ne reçoivent pas trop de pluie pendant la saison. Ainsi, la meilleure méthode pour éviter le mildiou sur la tomate consiste à les cultiver sous un abri les préservant de la pluie, comme un auvent ou un tunnel. L'emploi de variétés naturellement résistantes aux maladies constitue également une bonne parade. Sur les autres plantes, quelques bons gestes retardent l'apparition de mildiou :
- enlever les feuilles entrant en contact avec le sol ;
- favoriser la circulation de l'air à travers la culture ;
- veiller à ne pas cultiver les mêmes légumes au même endroit chaque année ;
- ne pas cultiver les plantes sensibles côte à côte mais au contraire les "diluer" entre des plantes peu sensibles au mildiou.

Les plantes réputées éloigner les maladies (ail, sauge, thym, armoise...) ne sont d'aucune efficacité contre le mildiou, tout comme d’autres "astuces" pourtant répandues (coquilles d'œuf suspendues dans la plante, fils de cuivre entouré autour de la tige, etc.).

A savoir

Cette maladie est beaucoup plus virulente de nos jours qu'elle ne l'était il y a cinquante ans. La raison du problème provient de l’emploi systématique de pesticides durant le dernier demi-siècle, qui a favorisé l'émergence de souches résistantes aux produits chimiques de lutte contre le mildiou, pour le plus grand malheur des jardiniers !

M. Jean-Michel GROULT
 
Pépinières PLANFOR
1950 Route de Cère
40090 UCHACQ - FRANCE
Tel : +33(0)5 58 75 90 80
Fax : +33(0)5 58 06 48 54