Les mauvaises herbes pérennes

Elles ne sont pas là pour une saison mais pour longtemps ! En les connaissant mieux, vous lutterez plus efficacement contre ces plantes indésirables.

Orties, graminées et compagnie

Ces mauvaises herbes vivaces, vous les connaissez : elles forment une souche qui a souvent tendance à s'étendre année après année, comme les orties ou le liseron. Elles peuvent même former un arbuste ou une liane, si on les laisse faire. Leur façon de perdurer est variable : pour bien désherber, il est préférable de connaître un peu leur biologie. Vous éviterez d'avoir à recommencer le désherbage !

Les mauvaises herbes pérennes

Le lamier-blanc, une mauvaise herbe vivace très courante dans les massifs et au pied des haies.

Celles qui poussent en touffe

Comme l'ortie, elles s'étalent en une colonie plus ou moins large. Le paillis et le désherbage thermique ne donnent pas grand-chose : arrachez-les avec un outil, comme une griffe ou une gouge, en les soulevant.

Les traçantes

Elles forment de longues tiges courant sur le sol et qui s'enracinent dès qu'elles touchent terre. L'agrostide et le lierre terrestre sont les plus fréquents. Le chiendent en fait partie, à ceci près que ses tiges sont souterraines, ce qui est encore pire ! Elles arrivent à s'immiscer dans les touffes de plantes cultivées, où il n'y qu'une seule solution : les déloger à la main. Ailleurs, limitez-les à la griffe ou au désherbeur thermique. Le paillis est peu efficace car elles peuvent ramper dessus. Toute portion laissée en place redonne une plante entière.

Les rosettes

Elles forment une "assiette" de feuilles près du sol et évincent le reste, à l'instar du pissenlit et de la porcelle. Elles se ressèment abondamment. Pour vous en défaire, le désherbeur thermique (à passer au centre de la rosette) ou le couteau à désherber (en soulevant la grosse racine) sont les deux méthodes les plus efficaces.

Les "icebergs"

Sous le sol se cache de quoi régénérer une plante à chaque saison. La bryone possède un gros tubercule, et le liseron des racines charnues cachant des réserves. Ce n'est qu'en retirant cette partie souterraine que vous vous déferez définitivement de la plante. Vous pouvez aussi arracher les repousses dès qu'elles surgissent pour affaiblir la partie souterraine ; le résultat est long et incertain.

Les lianes

Elles commencent par une petite tige mince… et finissent par couvrir une grande surface, comme la clématite des haies, les ronces ou la morelle douce-amère. En s'étalant sur le reste, elles le privent de lumière et l'étouffent. Seule solution : arracher la plante à la base avec un outil, en rampant sous les cultures en place s'il le faut !

Les arbustes et les arbres

Petite plantule devient parfois très grande… et même géante ! Le sureau, par exemple, peut former un tronc de 30 cm de diamètre et atteindre 5 m. Inutile d'attendre ce stade pour éliminer ce qui n'est pas à sa place. Lorsque l'arbrisseau est encore petit, arrachez-le à la main, avec une bêche ou à la pioche. Plus gros, il faudra peut-être recouvrir à la méthode chimique (ce qui tue la plante mais ne l'enlève pas physiquement).

M. Jean-Michel GROULT
 
Pépinières PLANFOR
RD 651
40090 UCHACQ - FRANCE
Tel : +33(0)5 58 75 90 80
Fax : +33(0)5 58 06 48 54